Banner de la Coopération luxembourgeoise

Secteur privé

Secteur privé

Le secteur privé joue un rôle de plus en plus important en matière de développement. L’entreprise privée, l’investissement et l’innovation sont d’importants moteurs de la productivité et donc, de la croissance économique et de la création d’emplois.

Dans le Programme d’action d’Addis Abeba de 2015 sur le financement du développement, les Etats se sont engagés à élaborer "des politiques et, au besoin, à renforcer la réglementation pour mieux faire converger les incitations adressées au secteur privé et les objectifs publics, notamment les mesures qui incitent le secteur privé à adopter des pratiques viables à terme, et des politiques qui encouragent des investissements de qualité réalisés pour le long terme". D’autant plus, "les Etats doivent prendre des mesures pour créer les conditions favorables, à tous les niveaux, et le cadre réglementaire nécessaire pour encourager l’entreprise et le dynamisme du secteur des entreprises" (paragraphes 35 et 36).

L’importance du secteur privé a été réitérée dans le programme de développement durable à l’horizon 2030 adopté le 25 septembre 2015. L’Agenda 2030 promeut explicitement "les partenariats public-privé rassemblant ainsi les gouvernements, […] le secteur privé […] et les autres acteurs concernés et mobilisant toutes les ressources disponibles" (paragraphe 17.17).

Le Conseil de l’UE lui aussi reconnaît le rôle du secteur privé dans la mise en œuvre du programme de développement durable à l’horizon 2030, dans le cadre de la révision du consensus européen pour le développement. Dans les conclusions du Conseil du 12 mai 2016, les ministres ont souligné l’importance d’encourager les investissements du secteur privé, notamment grâce à une meilleure utilisation de l’aide publique au développement et des financements publics, afin de garantir une croissance durable et inclusive et de créer des emplois dans les pays en développement.

Le Luxembourg, ayant activement participé à la finalisation des textes susmentionnés, inclut le secteur privé dans la coopération au développement sous différentes formes, comme le soutien à la création d’entreprises, même micro, dans ses pays partenaires. Le Luxembourg encourage le secteur privé luxembourgeois à s’engager dans ses pays partenaires à travers l’organisation de missions économiques, comme par exemples celles au Sénégal ou en Ethiopie (janvier 2016), et à travers d’autres nouveaux outils comme, par exemple, la Business Partnership Facility.

Business Partnership Facility

La Business Partnership Facility (BPF) est une nouvelle facilité créée en 2016 visant à encourager le secteur privé luxembourgeois et européen à s’associer avec des partenaires dans les pays en développement pour mettre en place des projets commerciaux durables. L’objectif de la BPF est de contribuer au développement durable et à la croissance inclusive dans les pays en développement et de créer des partenariats innovants et mutuellement bénéfiques entre des entreprises luxembourgeoises ou européennes et des acteurs du Sud. La facilité est dotée d’un budget annuel d’un million d’euros et cofinance, sous forme de don, jusqu’à 50 % du projet, sans pourtant dépasser le seuil de 200 000 euros. Les secteurs éligibles sont : i) les technologies de l’information et de la communication (TIC) ; ii) Biohealth ; iii) les fintech et iv) l’eco-innovation.

Vous trouverez plus d'informations sur la Business Partnership Facility en cliquant ici.