INSEAD - Global talent competitiveness index 2017

Article – Publié le

Dans un monde globalisé, le capital humain constitue un facteur-clé pour la compétitivité territoriale. Les pays sont en concurrence pour développer ce capital humain, mais aussi pour l'attirer et le retenir sur le territoire national. C'est dans cette optique que l'école de commerce INSEAD, ensemble avec le Human capital leadership institute et Adecco, ont publié début 2017 une nouvelle édition du "Global talent competitiveness index" (GTCI) lancé en 2013.

Pour être en mesure de comparer les performances de 118 pays à travers le monde, le rapport utilise un indice composite basé sur un modèle input-output permettant d'évaluer:

  • les mesures, politiques et ressources mises en œuvre permettant de développer le capital humain (inputs) sur base de quatre sous-catégories - les facilitateurs horizontaux, la capacité d'attraction, la capacité de développement et la capacité de rétention de talents.
  • les performances des mesures mises en œuvre (outputs) sur base de deux catégories de compétences - les compétences moyennes/techniques de la force de travail (LV skills) et les compétences élevées nécessaires pour l'innovation et l'entrepreneuriat (GK skills).

L’indice composite global GTCI, calculé sur base d'une moyenne simple de ces six sous-catégories, comprend en tout 65 indicateurs. Il prend un score entre 0 (plus mauvaise performance) et 100 (meilleure performance).

Le classement GTCI mondial est mené par la Suisse (74,55), suivie par Singapour (74,09) et le Royaume-Uni (69,40). Le Luxembourg se classe 7ème dans le classement global (68,66). Les Pays-Bas se classent 11ème (67,80), la Belgique 16ème (65,24), l'Allemagne 17ème (64,94) et la France 24ème (59,93). Au sein de l'UE le Luxembourg se classe en 3ème position, après le Royaume-Uni et la Suède.

Source: INSEAD

En ce qui concerne la sous-catégorie des inputs, le Luxembourg se classe 21ème pour les facilitateurs (73,02), 2ème pour l'attraction (84,40), 17ème pour la croissance (62,70) et 3ème pour la rétention de talents (77,08).

Pour la sous-catégorie des outputs, le Luxembourg se classe 24ème (59,51) pour les compétences moyennes/techniques LV et 12ème (55,26) pour les compétences élevées GK.

De manière générale, les performances du Luxembourg sont supérieures aux performances moyennes des pays développés à revenus élevés.

Source: INSEAD

Pour conclure, le rapport stipule que le Luxembourg "(...) remains a top country in the Attract pillar (2nd), the result of combining strong External Openness (3rd) with good Internal Openness (5th). As a small country that has built an international reputation as a centre of finance and industry, it also excels at retaining its domestic talent (3rd in this pillar). Despite the strong attraction of knowledge workers, the business environment could progress in Labour Market Flexibility (Business and Labour Landscape is 60th), reflecting the fact that over half its native population works for the state. As is often the case in a small country, Formal Education (46th) does not figure at the top, particularly in terms of the top global universities."