Exercice national dans le cadre du "Plan VIGILNAT" face aux menaces d'actions terroristes

Communiqué – Publié le

Le gouvernement a organisé le 23 janvier 2016 un exercice national dans le cadre du Plan gouvernemental de vigilance nationale face aux menaces d’actions terroristes ('Plan VIGILNAT').

L’exercice a permis de simuler une attaque terroriste d’une certaine envergure impliquant un nombre élevé de victimes. L’exercice s’est déroulé dans des conditions réelles sur les quatre sites suivants:

  • au Centre militaire de Diekirch pour les opérations sur le terrain;
  • au Centre hospitalier du Nord pour le volet sanitaire-hospitalier;
  • à la Cité policière;
  • au Centre de communications du gouvernement à Senningen où a siégé la Cellule de crise.

Plan "VIGILNAT"

Le plan d’intervention d’urgence "VIGILNAT", élaboré sous la direction du Haut-Commissariat à la protection nationale (HCPN), définit le dispositif national de vigilance, de prévention et de protection face aux menaces d’un acte terroriste ou en réaction à une attaque terroriste sur le sol luxembourgeois. Il précise le rôle et les mesures à mettre en œuvre par les différents organes, administrations et services qui sont confrontés à une menace ou à une attaque terroriste.

Le plan a ainsi pour objectifs d’assurer une protection adaptée du pays et de ses citoyens contre la menace terroriste, de prévenir ou de déceler le plus en amont possible toute menace d’action terroriste et de permettre une réaction rapide et coordonnée en cas de menace imminente ou d’action terroriste commise. L’exécution du plan relève de la responsabilité du Premier ministre, ministre d’État et du ministre de la Sécurité intérieure.

Des informations supplémentaires concernant le "Plan VIGILNAT" peuvent être trouvées sur le site www.infocrise.lu.

La cellule de crise

Les administrations et services chargés de la gestion de l’attaque terroriste se sont réunis au sein d’une cellule de crise, chargée de la coordination des opérations à mettre en œuvre dans le contexte de la gestion de la crise. La cellule de crise a été convoquée, sur demande du Premier ministre, par le haut-commissaire à la protection nationale. Elle s’est réunie sous la présidence du ministre de la Sécurité intérieure au centre de crise à Senningen. Le ministre de la Justice, Félix Braz, et la secrétaire d’État à la Sécurité intérieure, Francine Closener, ont suivi l’exercice en tant qu’observateurs au centre de crise à Senningen.

Les participants

L’exercice a rassemblé sur les différents sites quelque 350 participants qui relèvent des administrations et services suivants : la police grand-ducale, l’Administration des Services de secours, l’Administration des douanes et accises, l’armée luxembourgeoise, le Service de renseignement de l’État, le Parquet, le Service de la communication de crise du ministère d’État, la Direction de la santé, le ministère de la Sécurité intérieure, le ministère de la Justice, le ministère des Affaires étrangères et européennes, la Croix-Rouge, Luxembourg Air Rescue, le Centre hospitalier du Nord ainsi que le Haut-Commissariat à la protection nationale.

Objectifs de l’exercice

L’exercice en question a notamment eu pour objectif de vérifier la mise en œuvre, sous des conditions réalistes, des procédures du "Plan VIGILNAT".

Le scénario retenu a permis d’exercer les procédures de montée en puissance dudit plan avec le passage au niveau d’alerte "4" impliquant l’activation de la cellule de crise. Il a permis de tester les moyens de mise en alerte des différents acteurs et d’évaluer les mesures stratégiques et opérationnelles qui sont inscrites dans le "Plan VIGILNAT" et qui sont mises en œuvre en cas d’attaque terroriste. L’exercice a également permis d’apprécier d’une part la collaboration de l’ensemble des acteurs opérationnels qui interviennent sur le terrain et d’autre part la coordination entre les équipes agissant sur le terrain et la Cellule de crise réunie au Château de Senningen. Par ailleurs, les procédures de gestion de crise du Centre hospitalier du Nord a également été testé.

Communiqué par le Service de la communication de crise, ministère d'État