Étienne Schneider au Conseil informel "Justice et affaires intérieures" à Malte

L’Europe avance dans l’échange d’informations pour mieux protéger les frontières extérieures
Communiqué – Publié le

Le 26 janvier 2017, le Vice-Premier ministre, ministre de la Sécurité intérieure, Étienne Schneider, a participé à la réunion informelle du Conseil "ustice et affaires intérieures" (JAI) qui s’est tenue à La Valette.

L’objectif de la présidence maltaise consistait à dégager des voies afin de mieux pouvoir exploiter les données biométriques comme les empreintes digitales dans le cadre de la prévention et de la détection des infractions terroristes ainsi que des formes graves de criminalité et pour les enquêtes et les poursuites en la matière. De plus, les ministres en charge de la Sécurité intérieure étaient appelés à se prononcer sur l’opportunité d’une certaine mise en commun des données biométriques au niveau des bases de données européennes.

Lors de la discussion, le ministre de la Sécurité intérieure a surtout souligné qu’il convient avant tout de surmonter les obstacles, souvent "artificiels" dans la conception et l’utilisation des outils de la filière de la "sécurité" et celle dite de "l’immigration". En ce qui concerne l’utilisation des données biométriques, Étienne Schneider a déclaré que "l’intégration de ce type de données et leur mise en commun au niveau des bases de données européennes constitue un besoin nécessaire sans perdre de vue les aspects de la protection des données personnelles". Finalement, le ministre Schneider a souligné "les progrès que nous avons réalisé en termes d’échange d’informations, d’alimentation des bases de données et de contrôles aux frontières extérieures sont considérables. Les outils à disposition d’Europol, notamment l’EIS (Europol Information System), les alertes dans le SIS II (Schengen Information System) et les bases de données spécifiques d’Interpol sont indéniablement mieux alimentées et consultées".

Communiqué par le ministère de la Sécurité intérieure