Commission européenne - Digital transformation scoreboard 2017

Article – Publié le

Les technologies digitales créent de nouveaux marchés ainsi que des opportunités d'affaires sans précédent. Au sein de l'Union européenne (UE), le majeur défi consiste à faire en sorte que ces opportunités soient captées par les entreprises industrielles et les entreprises de services afin que la digitalisation puisse jouer un effet de levier pour générer de la croissance et créer des emplois. A cet effet, la Commission européenne a publié fin janvier 2017 un nouveau tableau de bord européen dédié à la transformation digitale: le Digital transformation scoreboard 2017. Le principal objectif de ce nouveau tableau de bord consiste à mesurer les progrès réalisés dans le processus de digitalisation de l'économie.

Le tableau de bord distingue deux grands types de catégories, regroupant en tout une trentaine d'indicateurs :

  • la catégorie des "facilitateurs" (enablers) - infrastructures digitales (poids de 20% du total du DTEI), investissement & accès au financement (30%), offre et demande de compétences digitales (30%), e-leadership (10%), culture de l'entrepreneuriat (10%).
  • la catégorie des "résultantes" (output) couvre la transformation digitale du modèle d'affaires traditionnel ainsi que la création de start-ups dans le domaine de technologies de l'information et de la communication (TIC).

Sur base des indicateurs compris dans la première catégorie des facilitateurs, la Commission européenne calcule un indice composite dénommé "Digital transformation enablers' index" (DTEI) pouvant obtenir une valeur entre 0 (la moins bonne performance) et 100 (la meilleure performance).

Le classement DTEI 2017 est mené par la Suède (78/100), suivie par la Finlande (73) et la Belgique (72). Le Luxembourg se classe en 6ème position dans l'UE-28 (67). Les Pays-Bas se classent 4ème (70), l'Allemagne 7ème (66) et la France 9ème (61).

Source: Commission européenne (2017)

Pour les cinq dimensions comprises dans la catégorie des "facilitateurs", le Luxembourg affiche les performances suivantes:

  • infrastructures digitales : le Luxembourg se classe 4ème (79) avec des performances largement supérieures à la moyenne UE (49).
  • investissement & accès au financement : le Luxembourg se classe 4ème (72) avec des performances largement supérieures à la moyenne UE (44).
  • offre et demande de compétences digitales : le Luxembourg se classe 10ème (55) avec des performances supérieures à la moyenne UE (40).
  • e-leadership : le Luxembourg se classe 4ème (87) avec des performances largement supérieures à la moyenne UE (55).
  • culture de l'entrepreneuriat : le Luxembourg se classe 18ème (47) avec des performances égales à la moyenne UE (47).

Le Luxembourg affiche donc des performances élevées dans plusieurs dimensions-clés du classement DTEI 2017. Le Luxembourg offre notamment des infrastructures digitales de haute qualité, mais le pays est également très développé dans l'investissement & accès au financement ainsi qu'en matière de e-leadership. Les entreprises au Luxembourg bénéficient aussi d'un environnement favorable pour l'investissement ainsi que d'une offre et d'une demande de compétences digitales qui sont favorables. La culture entrepreneuriale est aussi assez favorable au Luxembourg. Globalement, le Luxembourg fait donc partie de la catégorie des pays considérés disposer de l'environnement le plus propice dans l'UE en matière de facilitateurs (best enabling countries) et ce ensemble avec la Suède, la Finlande, la Belgique, les Pays-Bas, le Danemark et l'Allemagne. La plus grande faiblesse du pays réside dans le faible niveau de l'intégration de la technologie digitale ainsi que du changement de l'environnement des start-ups des TIC en relation avec la transformation digitale.

Source: Commission européenne (2017)

En comparaison avec les autres Etats-membres de l'UE, les performances du Luxembourg sont élevées dans 4 des 7 dimensions analysées. Le Luxembourg est un des pays les plus performants en matière d'e-leadership, d'infrastructures digitales et d'investissement & accès au financement (performances de respectivement +31%, +30% et +28% plus élevées que la moyenne UE). De plus, le Luxembourg est plus avancé que les autres pays européens concernant l'offre et la demande de compétences digitales. Néanmoins, le pays n'est pas en ligne avec les autres Etats membres en matière de l'intégration de la technologie digitale et des start-ups dans les TIC (performances moins élevées de -5% et -8% par rapport à la moyenne UE).

Source: Commission européenne (2017)

Pour conclure, le rapport de la Commission européenne dresse le constat suivant à l'égard du Luxembourg: "Luxembourg is today one of the EU leaders in digital transformation. The country's high quality digital infrastructure represents the main driving force behind its strong performance. Luxembourg offers overall an advantageous environment that incentivises companies to engage in digital business and technology. Despite these excellent achievements, further efforts should be made to tap the full potential of ICT start-ups in the country. Taking stock of these limitations, the government of Luxembourg recently launched policies to support the development of ICT companies and improve digital skills among students".