Visite de travail de Jean Asselborn en République islamique d’Iran

Communiqué – Publié le

Sur invitation du ministre des Affaires étrangères de la République islamique d'Iran, Javad Zarif, le ministre des Affaires étrangères et européennes du Luxembourg, Jean Asselborn, a effectué une visite de travail à Téhéran les 13 et 14 février 2017.

Lors de son déplacement à Téhéran, le chef de la diplomatie luxembourgeoise a été reçu en audience par le président de la République islamique d'Iran, Hassan Rohani.

Jean Asselborn a rencontré outre son homologue, le ministre des Affaires étrangères, Javad Zarif, le ministre de l’Économie et des Finances, Ali Tayebnia ainsi que le conseiller à la Sécurité nationale, Ali Shamkhani.

Suite aux deux visites du ministre Asselborn en Iran en juin 2014 et en novembre 2015, de la visite du président de la Chambre des députés en janvier 2016 tout comme de la mission économique menée par le ministre luxembourgeois de l'Économie, Étienne Schneider, en octobre 2016, les rencontres ont tout d’abord permis de faire le point sur le développement des relations bilatérales entre le Luxembourg et l’Iran.

Se félicitant de l’excellente qualité des relations entre les deux pays, le ministre Asselborn et les autorités iraniennes ont étudié les moyens de renforcer davantage encore la coopération bilatérale dans les domaines d’intérêt commun, notamment économiques et financiers. Dans ce contexte, le ministre Asselborn a procédé avec le ministre de l’Économie et des Finances de l’Iran à la signature d’un accord bilatéral sur la protection et la promotion réciproque des investissements. De même, les entretiens ont permis de mettre en évidence la volonté commune d’entamer les négociations en vue de la conclusion d’un accord de non-double imposition et d’actualiser l’accord bilatéral sur les services aériens.

Les échanges du ministre Asselborn ont également permis de faire le point sur la situation interne en Iran. Rappelant l’opposition inconditionnelle du Grand-Duché à l’application de la peine de mort et son attachement profond au respect de la liberté d’expression et des médias tout comme à l’abolition des pratiques discriminatoires à l’égard des femmes et des minorités, les ministres Asselborn et Zarif ont abordé ces questions en toute franchise.

«L'Iran est une grande nation et un acteur clé au Moyen-Orient, région qui est en permanence dans nos esprits et pour laquelle la quête de la stabilité et de la paix est une priorité partagée par tous», a déclaré le ministre Asselborn, avant de souligner l’importance cruciale de la mise en œuvre complète et efficace du Plan d'action global conjoint (JCPOA), alors que la deuxième année de sa mise en œuvre est amorcée.
 
"Le JCPOA est un bon exemple de la façon dont la diplomatie multilatérale et la persévérance peuvent résoudre les questions les plus complexes. La mise en œuvre rigoureuse des engagements par toutes les parties est la meilleure façon de continuer à construire la confiance et à travers elle, d'améliorer la sécurité collective", a-t-il expliqué.

Les discussions ont ensuite porté sur les sujets d’actualité internationale et régionale, notamment au Moyen-Orient. Le ministre Asselborn a tout particulièrement abordé avec les autorités iraniennes la situation en Syrie, à la lumière de l’accord sur le renforcement du cessez-le-feu conclu à Astana et de la relance souhaitable des négociations sous l’égide des Nations unies à Genève.

De même, les entretiens ont permis de se pencher sur les derniers développements en Irak, notamment dans le contexte de la lutte contre Daech et de la bataille de Mossul, tout comme sur la situation au Yémen.
 
"Que ce soit en Syrie, au Yémen ou en Irak, il n'existe aucune solution militaire aux conflits en cours. Seul un processus de réconciliation national respectueux de la souveraineté et de l'intégrité territoriale de chaque État peut apporter la paix et la stabilité, tout en respectant la diversité, les droits et les aspirations de tous les citoyens à travers une gouvernance inclusive", a déclaré Jean Asselborn, exprimant son espoir que le dialogue renoué avec l'Iran permettra de progresser sur plusieurs questions de paix et de sécurité mondiales et régionales.
 
"Nous sommes convaincus que la sécurité collective ne peut résulter que de l'engagement de tous. Face à tous les défis auxquels est confronté notre monde, nous ne devons pas nous tourner vers l'intérieur ni même stigmatiser. Nous devons continuer à choisir la coopération internationale et le multilatéralisme pour faire face aux menaces communes telles que le terrorisme", a ajouté le ministre Asselborn.


Communiqué par le ministère des Affaires étrangères et européennes