Lydia Mutsch à la réunion informelle des ministres de la Santé à La Valette, Malte

Communiqué – Publié le

Lors de la réunion des ministres de la Santé des 28 États membres à La Valette, Lydia Mutsch s’est félicitée des priorités choisies par la présidence maltaise dans le domaine de la santé. Premier sujet à l’ordre du jour, la lutte contre l’obésité infantile constitue une priorité également au Luxembourg. Tout comme ses homologues, la ministre luxembourgeoise a prôné la valeur ajoutée d’une action interministérielle impliquant tous les acteurs et commençant dès le plus jeune âge afin de mettre un frein à cette maladie dont l’impact financier sur les budgets de santé des pays de l’Union européenne est estimé à 7%. "Nous devons renforcer et élargir notre action nationale afin d’atteindre toute la population. La Commission européenne et l’Organisation mondiale de la santé peuvent nous aider dans ces efforts", a déclaré Lydia Mutsch. La protection des enfants contre l’exposition au marketing visant des produits malsains et le recours aux mesures de taxation ont été des objectifs prônés par un grand nombre d’intervenants.

Les ministres ont par ailleurs exprimé leur soutien politique à la déclaration de Malte qui propose de mettre en place un certain nombre d’actions concrètes à bref délai afin de contrecarrer l’évolution inquiétante de l’épidémie du sida/VIH. Le commissaire européen à la Santé et à la Sécurité alimentaire, Vytenis Andriukaitis, a félicité le Luxembourg de ses efforts d’inclusion axés sur la population à risque des usagers de drogues et a cité le centre Abrigado comme exemple de bonne pratique. Lydia Mutsch a lancé un appel à l’industrie pharmaceutique de mettre sur le marché des médicaments à des prix garantissant un traitement adéquat à toutes les personnes concernées.

Le sujet de l’accès aux médicaments innovants, qui s’inscrit dans les discussions sous présidence luxembourgeoise en relation avec l’accès à la médecine personnalisée, a mis les ministres d’accord sur la valeur ajoutée de l’échange de bonnes pratiques et de projets de coopération volontaire entre États membres afin de faire baisser les prix des nouveaux médicaments. L’initiative de coopération entre la Belgique, les Pays-Bas, l’Autriche et le Luxembourg visant à agir sur le prix des médicaments pour les maladies rares fut à de nombreuses reprises citée comme exemple de bonne pratique. "Nous devons tout faire afin de garantir aux enfants malades l’accès aux médicaments qui sont adaptés à leurs besoins spécifiques", a souligné Lydia Mutsch.

La ministre luxembourgeoise a participé en marge du Conseil à la réunion des ministres socialistes et socio-démocrates organisée par le Parti européen des socio-démocrates (PES) en présence du commissaire Vytenis Andriukaitis. Les ministres ont exprimé leur soutien en faveur de la garantie des enfants qui vise à assurer un accès gratuit aux soins de santé ainsi qu’une alimentation et un logement adéquats pour tous les enfants de l’Europe. Les participants se sont mis d’accord à poursuivre leur travail sur la vision d’un agenda UE progressiste en matière de santé permettant de mieux coordonner les politiques de santé. La réunion sera reconvoquée en juin à Luxembourg en marge du Conseil formel des ministres de la Santé.

Communiqué par le ministère de la Santé