Fernand Etgen a participé au Conseil des ministres "Agriculture et pêche" à Luxembourg

Communiqué – Publié le

Le 3 avril 2017, le ministre de l'Agriculture, de la Viticulture et de la Protection des consommateurs, Fernand Etgen, a participé au Conseil "Agriculture et pêche" qui s'est tenu à Luxembourg.

Dans un premier temps, les ministres ont été invités à avoir un échange de vues sur les principales questions en suspens concernant le volet «agriculture» de la proposition «Omnibus» afin de donner des orientations politiques au Comité spécial agriculture en vue de lui permettre de parvenir à un accord sur le paquet de compromis le 10 avril 2017. Le ministre Fernand Etgen a donné son accord de façon générale sur l’objectif de la proposition qui est la simplification respectivement des aménagements légers, mais utiles à la réglementation en vigueur.

Ensuite la présidence a invité la Commission à informer le Conseil des résultats de son rapport sur la mise en œuvre de l'obligation en matière de surfaces d'intérêt écologique dans le cadre du régime de paiements directs écologiques. Le ministre Etgen a relevé le problème du degré de complexité élevé des dispositions actuelles, complexité qui rend également difficile une évaluation de l’efficacité de la mesure.

Le rapport indique également que «le changement climatique pourrait être davantage atténué en cultivant plus de légumineuses» cependant remarque le ministre Fernand Etgen certaines dispositions de l’acte délégué récemment transmis au Parlement européen sur le verdissement et la simplification risquent de faire diminuer fortement la culture de légumineuses en tant que surfaces d’intérêt écologique dans beaucoup de régions, ce qui est regrettable.

La simplification de la PAC a aussi été un sujet débattu lors de ce Conseil. Le ministre Fernand Etgen souligne l’importance primordiale qu’il attache à un processus de simplification à court, à moyen et à plus long terme. Il estime que d’une façon générale la PAC a atteint un niveau de micro-management qui lui paraît démesuré et il demande à ce que pour la PAC de l’avenir, nous ne parvenons non seulement à une simplification théorique, mais aussi à des résultats tangibles tant pour les bénéficiaires que pour les administrations qui mettent en œuvre la PAC.

Le dernier point sur l’ordre du jour est sur le système frauduleux dévoilé dans 21 établissements de l’industrie de la viande au Brésil, basée sur un réseau de corruption des inspecteurs étatiques. La nature exacte de la fraude et des éventuels problèmes de sécurité sanitaire n’est cependant pas très bien établie pour le moment, faute de coopération de la part des autorités brésiliennes. Le ministre Fernand Etgen estime que nous sommes face à une situation très sérieuse de fraude commerciale à large échelle. Il ajoute que dans cette affaire, le premier souci doit être la protection de nos concitoyens, avant toute considération d’ordre commerciale ou politique.

Il salue donc les premières mesures de protection annoncées par la Commission européenne, notamment le retrait du marché des produits des établissements impliqués dans la fraude, ainsi que les contrôles renforcés à l’importation, y compris des tests microbiologiques.

Dans un souci de protection des consommateurs, le ministre Fernand Etgen est favorable à une suspension des importations des viandes des trois États fédérés du Brésil impliqués dans cette fraude, en attendant les résultats de l’audit de la Commission européenne, dont les résultats devraient nous permettre de mieux définir et cibler nos contrôles.

Communiqué par le ministère de l'Agriculture, de la Viticulture et de la Protection des consommateurs