Comité de conjoncture

Communiqué – Publié le

Présidé par la secrétaire d’État à l’Économie, Francine Closener, le Comité de conjoncture a analysé la situation du marché du travail du mois de mars 2017 et la situation conjoncturelle nationale.

Pour mai 2017, le nombre de demandes introduites a diminué de 5 unités par rapport au mois précédent. Au total, 4 entreprises ont introduit une demande d’octroi de chômage partiel afin de pouvoir bénéficier des dispositions de cette mesure au cours du mois prochain. Après analyse des dossiers soumis, le Comité de conjoncture a statué favorablement sur les 4 demandes, la décision finale de l’attribution, ou non, de ce soutien aux entreprises temporairement confrontées à une situation conjoncturelle difficile incombant au Conseil de gouvernement. Dans les entreprises concernées, il est attendu que sur un effectif total de 606 personnes, 188 salariés travaillent à horaire réduit. Les dépenses à charge du Fonds pour l’emploi pour le mois de mai 2017 sont de 230.000 euros au cas où l’ensemble des entreprises concernées profiterait pleinement des régimes de chômage partiel accordés.

À l’issue de la réunion, la secrétaire d’État à l’Économie, Francine Closener, a commenté: "Le nombre de demandes d’octroi de chômage partiel que le Comité de conjoncture est amené à traiter est en train de se stabiliser à un niveau très bas. Nous avons désormais atteint le niveau d’avant crise d’automne 2008 en ce qui concerne le nombre de  demandes introduites. Ceci confirme la bonne situation conjoncturelle que connaît actuellement le Grand-Duché tout comme la stabilisation des perspectives économiques, notamment pour les entreprises industrielles."

Le Comité de conjoncture a également émis des avis positifs en relation avec 2 demandes d'exemption fiscale d'indemnités bénévoles de licenciement en application de l'article 115 (10) L.I.R. portant sur l'éligibilité de 74 personnes dans les entreprises concernées.

La prochaine réunion du Comité de conjoncture est fixée au 23 mai 2017.

Communiqué par le ministère de l’Économie