Visite de travail de Jean Asselborn au sultanat d’Oman

Communiqué – Publié le

Sur invitation du ministre responsable pour les Affaires étrangères du sultanat d'Oman, Yousuf bin Alawi bin Abdullah, le ministre des Affaires étrangères et européennes du Luxembourg, Jean Asselborn, a effectué une visite de travail à Mascate, le mercredi 3 mai 2017.

Le ministre Asselborn a tout d'abord été reçu par le Vice-Premier ministre du Conseil des ministres, Son Altesse Fahd bin Mahmood Al Said, avant d'avoir des entrevues avec son homologue omanais responsable pour les affaires étrangères, Yousuf bin Alawi bin Abdullah. Jean Asselborn a également rencontré le président de l'Assemblée consultative, Sheikh Khalid Hilal Al Maawali, et le président du Conseil d'État, Yahya Mahfoodh Al Munthari, pour des réunions de travail.

Les discussions du ministre Asselborn avec les autorités omanaises avaient tout d'abord vocation à développer les relations bilatérales entre le Grand-Duché et le Sultanat, avec l'objectif de renforcer les relations économiques et de discuter des possibilités de développer les échanges entre les deux pays. Dans ce contexte, l'accent a notamment été mis sur les secteurs de la logistique, de la santé ou encore des services financiers. De même, le ministre Asselborn a rappelé l'intérêt réciproque à procéder rapidement à la signature d'accord de non-double imposition amendé selon les standards les plus récents de l'OCDE.

Les entretiens ont également permis d'aborder les relations que Oman entretient avec l'Iran et l'Arabie saoudite, avant d'examiner des questions essentielles pour la région et au-delà, telles que la situation au Yémen, en se penchant notamment sur la situation humanitaire catastrophique dans ce pays, tout comme sur les derniers développements en Syrie, en Irak et en Libye.

Les ministres ont de même abordé des questions transversales d'intérêt commun, en particulier la lutte contre le terrorisme, l'extrémisme religieux, et les droits de l'homme, en soulignant l'importance stratégique pour l'UE et le CCG (Conseil de coopération du Golfe) et de se coordonner étroitement sur ces développements.

Communiqué par le ministère des Affaires étrangères et européennes