François Bausch et Claude Meisch ont posé les premiers éléments de bois du futur Lycée technique pour professions de santé

Communiqué – Publié le

En date du 5 mai 2017, le ministre du Développement durable et des Infrastructures, François Bausch, et le ministre de l'Éducation nationale, de l’Enfance et de la Jeunesse, Claude Meisch, ont assisté à la pose des premiers éléments de bois du futur Lycée technique pour professions de santé à Ettelbruck.

Il s’agit d’un projet pilote avec un concept innovateur à "énergie positive"; le bâtiment produira donc plus d’énergie qu’il n’en consommera, en tenant également compte de l’énergie grise nécessaire à la construction ainsi qu’à la démolition.
 
"L’État se doit de créer des bâtiments qui intègrent divers procédés et matériaux des plus innovants et ainsi être pionnier de l'innovation technologique dans la construction durable, notamment des bâtiments zéro énergie", a précisé François Bausch. "Après le premier bâtiment de la sorte construit par l’État, à savoir celui de l’Administration de la nature et des forêts, ceci est le premier lycée à "énergie positive". Notre rôle est de guider le secteur privé dans la voie de la durabilité ainsi que de la performance environnementale et énergétique des bâtiments."
 
Actuellement, le Lycée technique pour professions de santé, LTPS, est composé de trois centres de formation, dont un à Luxembourg, un à Bascharage et celui à Warken. Ce dernier est installé depuis 1997 dans des bâtiments temporaires sur un terrain très étroit, sans salle de sport ni structure d’accueil. La construction d’un bâtiment définitif s’avère indispensable en vue de répondre aux besoins du lycée et du nombre croissant d’élèves. Le futur lycée, d’une surface brute d’environ 8.400 m², accueillera quelque 430 élèves dans 16 salles de classe et 6 salles d’enseignement clinique. Le programme prévoit en outre une aile pour l’administration ainsi qu’une salle polyvalente.

Une implantation à proximité des autres lycées

 
Le futur site du Lycée technique pour professions de santé est implanté à Ettelbruck, en direction de Warken, à proximité immédiate des deux autres lycées de la ville, entre l’actuel Lycée agricole et l’Hôpital du Nord. Le bâtiment se compose de deux volumes imbriqués, dont un volume abrite les salles de classe et les salles spéciales, alors que l’autre accueille la salle d’examen, la cafétéria, l’administration et la bibliothèque.

Un concept énergétique innovateur

Dans l’optique de réduire donc au maximum l’énergie grise, le choix des matériaux s’est par exemple porté sur des colonnes ballastées au lieu de pieux en béton, sur une construction en bois ou encore des panneaux en argile pour les cloisons intérieures.

Afin de pouvoir minimiser la consommation d’énergie, il a été porté une attention particulière à une isolation thermique très poussée et à l’utilisation passive de l’énergie solaire. La ventilation des locaux, quant à elle, est assurée par un système hybride innovateur (ventilation naturelle et mécanique).

De nombreuses autres mesures complètent le volet "efficience énergétique": des collecteurs thermiques en façade avec un réservoir saisonnier, une couverture complète de la toiture par des panneaux photovoltaïques, ainsi qu’une optimisation des gains solaires en hiver, tout en évitant des problèmes de surchauffe en été.

Une construction en bois

La décision de réaliser une construction en bois avec un système particulièrement adapté à ce projet repose sur l’objectif de la réduction de l’énergie grise. A plusieurs endroits du projet, des synergies ont pu être trouvés, comme la couverture du toit en pente avec des panneaux photovoltaïques constituant aussi bien couverture que producteur d’énergie.

A côté des critères de durabilité, d’écologie et d’énergie, qui représentent les piliers du concept, d’autres éléments importants n’ont pas été négligés, comme par exemple l’éclairage naturel optimisé, l’acoustique, le climat intérieur, des matériaux écologiques…, ceci sur base du concept énergétique standardisé pour les lycées, mais a été adapté pour les besoins particuliers de ce projet.

Tous ces facteurs ont eu des répercussions sur le volume ainsi que sur l’agencement du projet et se reflètent dans l’expression architecturale. Déjà la façade, avec son revêtement en bois avec les panneaux solaires intégrés, exprime le caractère écologique du projet. A l’intérieur du bâtiment, le réservoir d’eau pour le stockage de l’énergie est l’élément central autour duquel se développe la cage d’escaliers. Le coût global prévisionnel du projet est de 32.900.000 euros.

Communiqué par le ministère du Développement durable et des Infrastructures