Francine Closener a présenté les "Lignes directrices de la défense luxembourgeoise à l’horizon 2025 et au-delà"

Communiqué – Publié le

Lors d’une conférence de presse en date du 12 juillet 2017, la secrétaire d’État à la Défense, Francine Closener, et le chef d’état-major de l’armée, le général Romain Mancinelli, ont présenté les "Lignes directrices de la défense luxembourgeoise 2025+" qui fixent le cadre pour l’évolution de la défense luxembourgeoise et décrivent les orientations politiques pour les prochaines années. L’environnement sécuritaire international instable a fait évoluer les politiques de sécurité et de défense internationales. À l’image du monde qui l’entoure, la défense luxembourgeoise s’adapte. Les lignes directrices tracent la voie d’une modernisation de la défense et de l’armée luxembourgeoises.

Réaffirmant l’utilité, la crédibilité et la visibilité de l’effort de défense nationale dans le cadre des relations internationales du Grand-Duché, les "Lignes directrices de la défense luxembourgeoise 2025+" esquissent les orientations et objectifs principaux suivants: 

  • confirmation de l’engagement pris en 2014 d’augmenter l’effort de défense luxembourgeoise de 50% jusqu’en 2020 et poursuite de la croissance de l’effort de défense au-delà de 2020;
  • évolution de l’armée en la faisant participer davantage à l’effort de défense par l’appropriation d’une plus grande part des investissements et la création de métiers plus diversifiés et plus technologiques, sans toutefois renoncer à l’importance du rôle social;
  • modernisation des capacités ISR (intelligence, surveillance, reconnaissance) à travers l’investissement dans de nouvelles technologies de reconnaissance (drones), dans la continuité de la mission traditionnelle de reconnaissance de l’armée luxembourgeoise;
  • développement conséquent de la composante aérienne, avec l’acquisition de nouvelles capacités et plateformes de transport stratégique, d’évacuation médicale et d’observation aérienne maritime;
  • développement d’un pôle gouvernemental aérien au Findel;
  • mise en place d’un projet de médecine militaire comportant notamment des équipes médicales déployables en opération dans les domaines de la chirurgie traumatologique et des maladies infectieuses, qui renforceront pendant leur période de disponibilité les hôpitaux luxembourgeois, ainsi qu’une capacité de lits supplémentaires utilisables en cas de crise, intégrés dans une structure hospitalière existante;
  • poursuite du développement des compétences et capacités dans les domaines d’avenir "espace" et "cyberdéfense" pour répondre aux besoins en capacité d’observation, de communication et de transmission des données, mais aussi de capacité en matière d’analyse et de stockage de données, et pour augmenter la sécurité de nos militaires, notamment en déploiement;
  • élaboration d’une stratégie industrielle, de l’innovation et de la recherche afin d’impliquer le tissu économique luxembourgeois dans le développement capacitaire de la défense;
  • élaboration d’une stratégie de recrutement afin de répondre au besoin en ressources humaines en nombre suffisant et avec les profils adéquats, notamment des spécialistes capables de développer et mettre en œuvre les capacités de la défense et de l’armée;
  • étude sur la création d’un service national de disponibilité permettant de mobiliser des compétences civiles en cas de crise, de sorte à renforcer la résilience de l’État et de ses services;
  • mise en place d’une agence nationale de développement capacitaire pour le développement et la mise en œuvre de grands projets d’investissement.

Pour ces nouvelles orientations, la défense veillera à acquérir des capacités à haute valeur ajoutée dans les domaines capacitaires prioritaires reconnus, à étudier chaque projet à la lumière d’une éventuelle utilité pour la société luxembourgeoise et créera des structures durables qui ancrent la défense dans la société luxembourgeoise, tout en permettant une meilleure planification de l’effort de défense.

En outre, la défense veillera tout particulièrement à placer sa démarche dans les cadres de coopération et de partenariat bilatéraux et multinationaux en matière de développement de capacités et de déploiement.

Les lignes directrices seront précisées dans un document de planification plus concret, un "Plan directeur de la défense" mis à jour sur une base annuelle.

Communication par la Direction de la défense