Jean Asselborn au Conseil "Justice et Affaires intérieures" à Bruxelles

Communiqué – Publié le

Le ministre des Affaires étrangères et européennes, ministre de l’Immigration et de l’Asile du Luxembourg, Jean Asselborn, a participé au Conseil "Justice et Affaires intérieures" (JAI) de l’Union européenne, qui s’est tenu le jeudi 14 septembre 2017 à Bruxelles.

Les ministres ont fait le point sur la politique migratoire de l'UE et ont discuté des prochaines étapes dans ce domaine, en axant leur réflexion sur la réponse de l'UE face aux flux migratoires en Méditerranée centrale.

Suite à la clarification de la Cour de justice de l'UE sur la relocalisation, le ministre Asselborn a dit espérer que tous les États membres pourront désormais démontrer leur solidarité avec les États de première ligne que sont l'Italie et la Grèce. "Nous avons longtemps tourné en rond, mais nous sommes maintenant en train d’assembler les dernières pièces du puzzle de manière à avancer dans la mise en place d’une politique à la fois globale et commune", s’est-il félicité.

S’agissant plus spécifiquement des flux migratoires en Méditerranée centrale, le ministre Asselborn a notamment insisté sur la nécessité d’investir davantage dans la stabilisation de la Lybie, tout en n’oubliant pas le sort des migrants n’arrivant plus à quitter le pays. Dans ce contexte,  il a notamment insisté sur la nécessaire amélioration des conditions dans les centres de détention en Libye, en expliquant qu’il sera crucial de garantir l’accès des organisations internationales et des ONG aux centres de détention, afin d’assurer un monitoring indépendant et continu des conditions des migrants et le respect de standards minimums. Jean Asselborn a confirmé que le Luxembourg contribuera à des projets du Haut-Commissariat aux réfugiés (HCR) et de l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) afin d'améliorer les conditions des migrants retenus en Libye. De même, il a insisté sur l’importance de soutenir le HCR dans son initiative d’initier un mécanisme temporaire d’évacuation d’urgence de migrants vulnérables depuis la Libye vers le Niger et d’autres pays.

Par ailleurs, faisant référence à la promesse faite par l’UE aux partenaires africains lors du Sommet de La Valette, Jean Asselborn a rappelé que "nous avons besoin d’une stratégie à long terme sur la mobilité humaine, d’une vision qui se déclinerait en politique véritablement commune, qui rapprocherait les politiques de l’UE avec les deux processus des Nations unies déjà en cours – d’une part, le travail concernant les objectifs du développement durable et, d’autre part, la négociation du pacte mondial pour une migration sûre, ordonnée et régulière" en ajoutant que "les candidats à la migration ont besoin d’options de mobilité légales, sûres et accessibles. C’est la meilleure dissuasion contre l’immigration irrégulière".

Communiqué par le ministère des Affaires étrangères et européennes