WEF - Global competitiveness report 2017

Article – Publié le

Le Forum économique mondial (WEF) a publié fin septembre une nouvelle édition de son étude comparative de la compétitivité de 137 pays à travers le monde: le Global competitiveness report. L'objet de ce rapport est d'évaluer le potentiel des économies mondiales à atteindre une croissance soutenue à moyen et à long terme. La compétitivité est définie dans le cadre de cette étude comme "l'ensemble des institutions, politiques et facteurs qui déterminent le niveau de productivité d'un pays".  Cette étude tient compte du fait que les pays analysés ne se trouvent pas tous à un même niveau de développement économique. L'importance relative des différents facteurs de compétitivité est donc fonction des conditions de départ.

Le degré de compétitivité est mesuré sur base de 114 indicateurs, répartis en 3 piliers: 

  • les exigences fondamentales en matière de compétitivité (institutions, infrastructure, environnement macroéconomique, santé & enseignement primaire) ;
  • les facteurs d'efficience (enseignement supérieur et formation professionnelle, efficacité du marché des biens, efficacité du marché du travail, développement des marchés financiers, adoption technologique, taille du marché) ;
  • les facteurs d'innovation et de sophistication (degré de sophistication des entreprises, innovation).

Sur base de ces indicateurs, les auteurs calculent un indice composite permettant de classer les pays sur une échelle de 1 (le moins compétitif) à 7 (le plus compétitif). Ce dernier est construit sur base d'une combinaison de données statistiques et d'informations issues d'une enquête d'opinion menée annuellement auprès de décideurs économiques et de chefs d’entreprises et réalisée en collaboration avec un réseau d’instituts partenaires, dont la Chambre de commerce pour le Luxembourg.

Le classement mondial 2017 est mené par la Suisse (5,86/7), les Etats-Unis (5,85) et Singapour (5,71). Le Luxembourg occupe le 19ème rang mondial (5,23). Les Pays-Bas occupent le 4ème rang (5,66), l'Allemagne le 5ème rang (5,65), la Belgique se classe 20ème (5,23) et la France 22ème (5,18). Le classement au sein de l'Union européenne est mené par les Pays-Bas et le Luxembourg y occupe le 8ème rang.

Source: WEF

Au sein des trois piliers fondamentaux, le classement du Luxembourg est le suivant:

  • le Luxembourg occupe le 10ème rang mondial (6,0) pour les exigences fondamentales en matière de compétitivité: le pays occupe le 8ème rang pour les institutions, le 17ème rang pour les infrastructures, le 7ème rang pour l'environnement macroéconomique et le 41ème rang pour la santé et l'enseignement primaire ;
  • le Luxembourg occupe le 23ème rang mondial (5,0) pour les facteurs d'efficience: le pays se classe 50ème pour l'enseignement supérieur et la formation, 4ème pour l'efficacité du marché de biens, 16ème pour l'efficacité du marché du travail, 15ème pour le développement des marchés financiers, 1er pour l'adoption technologique et 88ème pour la taille du marché ;
  • le Luxembourg occupe le 16ème rang mondial (5,1) pour les facteurs d'innovation et de sophistication: le pays se classe 17ème pour le degré de sophistication des entreprises et 15ème pour l'innovation.


Source: WEF


Pour conclure, l'enquête d'opinion qui est annuellement menée auprès des décideurs économiques et des dirigeants d’entreprises au Luxembourg permet d'identifier les principaux facteurs entravant l'environnement des affaires au niveau national. Il ressort de cette enquête qu'une inadéquation des compétences de la force de travail, une réglementation trop restrictive du marché du travail et une lourdeur administrative constitueraient les trois majeurs facteurs négatifs pour le développement des activités au Luxembourg.

Source: WEF