Fernand Etgen au Conseil "Agriculture et pêche" au Luxembourg

Communiqué – Publié le

Le Conseil "Agriculture et pêche", sous la présidence de la République d’Estonie, s’est démarqué par des discussions fructueuses concernant le programme de développement durable à l’horizon 2030 ainsi que sur les incidences sur la politique agricole de l'UE.

Le ministre Fernand Etgen a souligné dans ce contexte que l’agriculture est un des secteurs concernés par ce programme mais qu’elle avait un rôle significatif à jouer dans la mesure où elle produit nos denrées alimentaires et gère une grande partie de nos territoires.
Selon Fernand Etgen, il est primordial de mener une politique qui prend en compte le développement durable dans ses trois dimensions !

"Les dimensions économiques, environnementales et sociales sont extrêmement importantes si nous voulons maintenir une agriculture qui produit mieux et plus afin de nourrir une population mondiale croissante et ceci tout en gérant nos ressources de façon responsable et durable."

Le ministre de l’Agriculture, de la Viticulture et de la Protection des consommateurs a par ailleurs attiré l’attention sur le fait que la PAC dispose d’une panoplie d’outils pour favoriser la compétitivité tout en garantissant une gestion durable des ressources naturelles et en mettant en œuvre des mesures visant à préserver le climat.

"Afin d’éviter une surcharge administrative, je suis d’avis que nous n’avons pas forcément besoin de nouveaux outils pour contribuer à atteindre les objectifs, mais nous devons ajuster nos instruments, les améliorer et mieux les coordonner."

Fernand Etgen a également précisé que la transmission des connaissances, ainsi que la recherche et l’innovation étaient essentielles.

Dans ce contexte le ministre a également salué le fait que tout récemment l’UE et la FAO ont décidé de renforcer leur coopération dans la lutte contre le gaspillage et la perte de denrées alimentaires. Afin de répondre aux défis qui se présentent au niveau global il convient en effet de joindre nos forces afin d’atteindre les objectifs que nous nous sommes fixés.

Autre point très important à l’ordre du jour ce lundi au Kirchberg : La situation sur les marchés des principaux produits agricoles globalement stabilisée.
En ce qui concerne le lait, qui joue un rôle prédominant au niveau de la formation du revenu global de l’agriculture au Luxembourg, Fernand Etgen salue l’amélioration globale du secteur

"Cette situation permet aux producteurs d’être plus sereins et d’envisager leur avenir d’une manière plus positive qu’il y a encore un an."

Le ministre luxembourgeois reste néanmoins vigilant en ce qui concerne la situation pour la partie protéique c.à.d. le lait écrémé en poudre. Nous nous voyons confrontés à une demande qui est à la traine et des stocks qui ont atteint des niveaux inquiétants et pèsent directement ou indirectement sur la situation du marché.

Le Conseil "Agriculture et pêche" s’est également penché sur les négociations visant à parvenir à des accords de libre-échange avec le Mercosur (Argentine, Brésil, Uruguay et Paraguay).
Bien que d’une façon générale, la plupart des États membres ait une orientation favorable concernant ces négociations, il reste cependant quelques thèmes délicats à clarifier dont notamment celui de la viande bovine où il faut  faire preuve d’une approche prudente afin de ne pas mettre en péril cette filière.

"Notre agriculture a fait des efforts considérables afin de parvenir à des standards élevés d’un point de vue environnemental, sanitaire et de bien-être animal demandés par notre société. Il faut tenir compte de façon offensive et défensive de ces standards, dans l’intérêt aussi bien de nos agriculteurs et de nos producteurs que de nos consommateurs, et obtenir un résultat ambitieux dans ces domaines."

Finalement les ministres de l’Agriculture ont tiré les conclusions de la réunion ministérielle sur la suite à donner à la crise du Fipronil, réunion à laquelle Monsieur Fernand Etgen avait assistée à Bruxelles en date du 26 septembre 2017. Le Conseil est d’accord sur les principaux enseignements à tirer de cet incident : il y a le constat que les systèmes de contrôles et de traçabilité sont efficaces, mais que le fonctionnement des systèmes d’échanges d’informations entre États membres doit être amélioré.

Communiqué par le ministère de l'Agriculture, de la Viticulture et de la Protection des consommateurs