Carole Dieschbourg à la réunion de préparation de la conférence climatique internationale

Engagement du Luxembourg pour les pays les plus vulnérables
Communiqué – Publié le

Sur invitation personnelle de la future présidence fidjienne de la prochaine conférence climat de l’ONU de Bonn, la ministre de l’Environnement, Carole Dieschbourg, a participé à une réunion ministérielle informelle de préparation, la PréCOP23, qui s’est tenue les 17 et 18 octobre 2017 à Nadi aux îles Fidji et a joué un rôle actif de facilitateur des discussions.

L’élévation du niveau d’ambition au centre des discussions

De cette mobilisation sans pairs jusqu’à présent se dégageait une solidarité globale pour l’action climat. Les ministres étaient honorés par la présence active du président de la république des Fidji, Jioji Konrote, et du Premier ministre, Frank Bainimarama, président désigné de la COP23. Sous la gestion habile de facilitateurs, les ministres ont abordé dans quatre sessions parallèles les principaux sujets politiques figurant à l’ordre du jour de la COP23: outre le plan d’action de Paris concernant les détails du cadre légal de l’accord de Paris, l’élévation du niveau d’ambition était un sujet clef des échanges.

Plaidoyer fort du Luxembourg pour le financement climatique

Lors de son intervention liée à la session adressant les moyens de mise en œuvre, Carole Dieschbourg a rappelé la détermination du Luxembourg à soutenir le financement climatique international avec une contribution de 120 millions euros, de 2014 à 2020. Elle a également mis l’accent sur le rôle des investisseurs publics et sur les récentes initiatives y afférentes, notamment le "green exchange", la plateforme entre le Luxembourg et la Banque européenne d’investissement (BEI) sur le financement climatique, l’accélérateur sur la finance climatique et les labels qualités développés par Luxflag, notamment le "climate finance label" et le "green bond label".

Dans le contexte de la session liée à la gestion des risques et la résilience climatique, la ministre Dieschbourg a partagé les expériences luxembourgeoises dans la mise à disposition de moyens adressant l’adaptation dans les pays cibles, notamment concernant la gestion des forêts au Burkina Faso et en Amérique centrale et la gestion durable de la mangrove en collaboration avec Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), l’Autriche et l’Italie aux Fidji.

Comme il est d’habitude aux réunions liées à l’action climat, l’importance de l’égalité des genres était abordée lors d’un petit-déjeuner de haut niveau visant notamment le lancement imminent de la plateforme y afférente à laquelle la ministre Carole Dieschbourg a donné son support constant.

Première réunion climatique internationale sous présidence d’un pays des plus vulnérables

C’est la première fois qu’un des États insulaires du Pacifique, qui sont parmi les plus vulnérables face au changement climatique, président une session de préparation pour une conférence climatique mondiale. La participation de la ministre de l’Environnement à cette importante réunion confirme la priorité de l’engagement luxembourgeois du financement climatique adressant les États insulaires les plus vulnérables.

C’est dans cette optique que la ministre Carole Dieschbourg a convenu dans une entrevue bilatérale avec Aiyaz Sayed-Khaiyum, avocat-général et ministre en charge du changement climatique du Fidji, plusieurs pistes de projets bilatéraux avec le Fidji, adressant l’adaptation au changement climatique notamment par la mise en place d’un système d’assurance au risque des maisons des habitants fidjiens.

Communiqué par le ministèrement du Développement durable et des Infrastructures/ Département de l'environnement