L’OCDE publie son rapport sur la coopération au développement du Luxembourg

Communiqué – Publié le

L’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) a publié le 19 octobre 2017 les résultats de l’examen par les pairs réalisé par le Comité d’aide au développement (CAD) à Paris. Chaque membre du CAD est soumis à un examen tous les cinq ans, dans le but de suivre ses efforts, de lui demander de rendre compte de l’exécution des engagements qu’il a pris, et de formuler des recommandations d’amélioration.

L’OCDE salue le fait que le Luxembourg est, après la Norvège, le bailleur le plus généreux du CAD, consacrant 1% de son revenu national brut à l’aide publique au développement (APD) et dépassant ainsi la cible internationale de 0,7%. Elle note avec appréciation que 59% de l’intervention bilatérale du Luxembourg est engagée en Afrique sub-saharienne et 52% dans les pays les moins avancés. Environ la moitié de l’aide bilatérale luxembourgeoise cible la santé, l’éducation et le développement local. Le Luxembourg s’est attaché à mettre en pratique les principes d’efficacité de l’aide en appliquant, entre autres, les principes de responsabilité mutuelle et d’appropriation dans toutes ses activités. Grâce à une forte concentration géographique et sectorielle, la Coopération luxembourgeoise est en mesure de maximiser son impact, sa visibilité et son influence dans ses pays prioritaires, constate l’OCDE avec satisfaction.

"L’examen par les pairs du CAD a clairement confirmé que nos efforts visant à éradiquer la pauvreté produisent des résultats durables", constate Romain Schneider, ministre de la Coopération et de l’Action humanitaire. "Nous sommes perçus par nos pairs comme un champion en matière de coopération au développement, comme un bailleur de fonds prévisible et flexible. Le rapport du CAD confirme notre excellente réputation dans ce domaine, qui a été soulignée par tous nos partenaires bilatéraux et multilatéraux interrogés par l’OCDE dans le cadre de l’examen par les pairs."

Au sujet de mécanismes de financement innovants, la présidente du CAD, Charlotte Petri Gornitzka, a relevé que "le Luxembourg pourrait faire fond sur son expérience dans la finance verte afin d’explorer les possibilités qu’offre sa place financière pour mobiliser des financements additionnels et nouer de nouveaux partenariats pour le développement".

L’examen par les pairs du CAD est un exercice inclusif auquel ont été associés également le ministère des Finances, le ministère du Développement durable et des Infrastructures, Lux-Development ainsi que le Cercle de coopération des ONGD.

Le Luxembourg a versé 353 millions d’euros d’APD en 2016. Les principaux pays bénéficiaires de la Coopération luxembourgeoise étaient, en 2016, le Burkina Faso, le Niger, le Sénégal, le Laos, le Mali, le Nicaragua et le Cabo Verde. Le Luxembourg a également renforcé son action humanitaire avec ses partenaires nationaux et multilatéraux ainsi que dans le cadre du projet emergency.lu.

Communiqué par le ministère des Affaires étrangères et eruopéennes/ Direction de la coopération au développement et de l'action humanitaire