Discours de Romain Schneider lors de la séance académique à l'occasion des festivités du centenaire de la Fédération du sport cycliste luxembourgeois (FSCL)

Discours – Publié le

"Dir Hären E’ireprésidenten, Här Président vun der FSCL,

Här Président vum Organisatioun’s-Comité vum Centenaire,

Monsieur le Président de la Chambre des Députés,

Mesdames, Messieurs les Députés,

Monsieur le Président de l’Union Cycliste Internationale,

Monsieur le Secrétaire général de l’Union Européenne de Cyclisme,

Monsieur le Président du Comité Olympique et Sportif Luxembourgeois

Chers invités d’honneur, Sehr geehrte Ehrengäste,

Dir Dammen an Hären, Léif Frënn vum lëtzebuerger Velosport,

Réckbléckend op een ganzt Joorhonnert, gët et kaum eng aaner Sportart déi ganz Lëtzebuerg emmer erem a régelméisseg esou a sein Bann gezun huet, an ze begeeschteren wousst, wéi de Velosport!

Et sin elo schons méi wéi 100 Joer, dass mam Alphonse Steines och ee Letzebuerger mat un der Wéi vum Tour de France soutz an dass mam François Faber, ee Letzebuerger als 1. Auslänner d’Grande Boucle 1909 gewonnen huet.

De François Faber, dém sein Papp aus ménger Hémecht vu Wooltz staamt, hat doniewt schon 19 Etappen am Tour de France, den Tour de Lombardie, Paris–Roubaix, Pareis-Brüssel, Bordeaux–Pareis an 2x Paris–Tours gewonn, a war schliesslich schon um Champ de Bataille  am franzéischen Norden bei Carency gefall, ier d’letzebuerger Cyclisten Fédératioun 1917 gegrönnt gouf.

Alphonse Steinès et François Faber font dès lors figures de pionniers du cyclisme luxembourgeois et de sa fédération qui n’a cessé, depuis sa création officielle en 1917, d’entretenir le « mythe du  petit pays aux grands champions » comme l’avait si bien rappelé Andy Schleck au président français Nicolas Sarkozy le soir de la victoire d’étape de son frère Frank au Grand Bornand lors du Tour de France 2009.    

Depuis l’ère de François Faber en effet, nombreux - trop nombreux pour les citer tous - sont les grands champions cyclistes luxembourgeois qui ont marqué l’histoire du cyclisme en général et du sport luxembourgeois en particulier.

Je me limiterai donc à nommer ici:

  • nos vainqueurs du Tour de France dans la foulée de François Faber, à savoir Nicolas Frantz, Charly Gaul et Andy Schleck;
  • à leur côté, les autres coureurs luxembourgeois ayant porté le maillot de leader dans l’un des grands tours, à savoir: Arsène Mersch, Jäng Majerus, Jean Goldschmit, Bim Diederich, Kim Kirchen, Fränk Schleck, Benoit Joachim et Bob Jungels, tous également vainqueur d’étape au moins une fois dans les grands tours, et auxquels je me dois d’associer Mett Clemens, François Neuens, Willy Kemp, Jempy Schmitz et Edy Schütz comme autres vainqueurs d’étape sur le Tour de France;

  • Je citerai encore nos champions du monde, à savoir Josy Mersch en cyclocross, Elsy Jacobs sur route, Bob Jungels et Christine Majerus dans le contre la montre par équipes, et

  • nos médaillés lors des divers Championnats du Monde comme Lull Gillen, Jempy Schmitz, Claude Michely, Nicolas Frantz, encore lui, et aussi notre sportif du siècle dernier, l’Ange de la Montagne, Charly Gaul, double vainqueur du Giro, par ailleurs.

Tous ces champions, et bien d’autres coureurs indigènes par ailleurs, n’ont cessé, un siècle durant, d’enthousiasmer les foules et de rendre fière la nation entière tout en faisant partie des meilleurs ambassadeurs du Luxembourg à travers le monde, bien avant de découvrir la notion de "nation branding", en vogue de nos jours.

Parallèlement, le Luxembourg tout entier s’est toujours employé à entretenir des liens privilégiés et extrêmement forts avec le cyclisme en organisant notamment sur ses terres:

  • 5x les Championnats du Monde de cyclo-cross,
  • 1x les Championnats du Monde de cyclisme sur route,
  • 77 éditions du Tour de Luxembourg depuis 1935 et encore
  • 68 éditions de la Flèche du Sud depuis 1949

et en accueillant notamment

  • 2 Grands Départs du Tour de France et 15 autres éditions de la grande boucle pour un passage ou une arrivée et/ou départ d’étape, tout comme
  • une arrivée d’étape du Giro ou encore
  • 8 arrivées de Paris-Luxembourg dans les années 60 et
  • 5 arrivées du Tour de la Communauté Européenne, fin des années 80.

Dans ce contexte, je m’en voudrais de ne pas relever ici l’implication importante également de nombreux dirigeants luxembourgeois au sein des différents organismes du cyclisme international depuis ses débuts. J’ai parlé tout à l’heure d’Alphonse Steinès, l’homme qui a amené le Tour de France dans la haute montagne, plus précisément dans les Pyrénées dès 1910.

A son nom, j’ajoute ceux de Paul Wilwertz, Marcel Pleimling, Jean Bausch, Marcel Frick, Josy Esch, Fernand Conter, Josy Scuri, Ed. Buchette et celui, moins connu, de Claude Rach, jeune Eschois, responsable de nos jours du développement des nouveaux événements cyclistes au sein d’Amaury Sport Organisation.

La présence parmi nous ce soir du président de l’Union Cycliste Internationale (UCI), Monsieur David Lappartient, qui je salue cordialement, témoigne notamment du respect et de la reconnaissance que porte les instances internationales du cyclisme envers leurs dirigeants luxembourgeois, anciens et actuels. 

Mais l’histoire du cyclisme luxembourgeois ne se résume pas à nos grands champions ou dirigeants et aux grandes courses que le Grand-Duché a pu accueillir.

Le cyclisme luxembourgeois c’est avant tout l’amour que vouent des dizaines de milliers de nos compatriotes pour la petite reine, c’est aussi et surtout le travail dans l’intérêt du vélo accompli dans la quarantaine de clubs qu’a connu notre fédération depuis un siècle et la centaine de manifestations cyclistes en tout genre (courses, cross, randonnées, cyclo-sportives, vtt, mountainbike, sorties de bienfaisance etc.) organisées chaque année par ces mêmes associations regroupées au sein de la FSCL.

Force est donc de constater que le cyclisme a beaucoup donné au Luxembourg et que le pays tout entier mérite bien du cyclisme en retour, également, si ce n’est de lui devoir depuis un soir de 1966, une chose, une seule, en l’occurrence, un vélodrome !

Monsieur le Président, vous m’avez adressé une passe en profondeur concernant le projet de vélodrome que la famille cycliste luxembourgeoise attend depuis plusieurs décennies, après que le projet initialement prévu au sein de la Coque fut abandonné en son temps et que les projets initiés par la suite sur le site de Cessange n’aient pas abouti non plus.

L’occasion m’est donnée aujourd’hui lors des festivités du Centenaire  de la FSCL pour y répliquer de manière solennelle et devant une audience des plus illustres.

Je l’ai dit et redit à maintes reprises et je le confirme aujourd’hui devant vous. Le projet de vélodrome sera réalisé dans le cadre du futur Lycée de Mondorf-les-Bains, selon une décision prise par l’actuel Gouvernement depuis plusieurs mois déjà.

En attendant la planification détaillée du Lycée proprement dit, le Gouvernement a décidé plus récemment, en concertation avec les autorités communales de Mondorf-les-Bains, d’avancer et de commencer avec effet immédiat, la planification et la construction dudit vélodrome et donc du nouveau complexe sportif qui fera partie intégrante, le moment venu, du futur Lycée de Mondorf-les-Bains.

La Commune de Mondorf-les-Bains sera le maître d’œuvre de ce complexe sportif construit sur des terrains appartenant, d’une part, à l’Etat et, d’autre part, à la Commune.

Le Ministère des Sports assurera 70% du financement du vélodrome proprement dit, considéré comme un équipement à caractère national, et 50% de la partie générale de ce nouveau complexe sportif à caractère régional.

Dans les semaines à venir, la Commune de Mondorf-les-Bains lancera un concours d’architecte pour présenter un projet d’ensemble concret. Lorsque les termes du cahier des charges en vue dudit concours seront connus, de plus amples détails sur le projet global seront rendus publics.

Voilà la bonne nouvelle, le cadeau en fait, que je comptais vous délivrer, Monsieur le Président, à vous et à l’ensemble de la famille cycliste luxembourgeoise, en ce jour de fête du Centenaire de votre honorable fédération !

Je terminerai en remerciant du fond du cœur tous les coureurs qui ont si bien représenté le Grand-Duché de Luxembourg aux quatre coins du monde depuis 100 ans et plus.

Je remercie de même tous les dirigeants et autres collaborateurs souvent anonymes qui ont œuvré dans l’intérêt du cyclisme luxembourgeois depuis 100 ans, et je présente mes sincères félicitations à la Fédération du Sport Cycliste Luxembourgeois pour ce mémorable anniversaire.  

Je souhaite enfin à la FSCL un avenir pour le moins aussi prolifique en succès et en émotions que lors des 100 ans passés.

Je clos mon intervention en m’excusant de devoir vous quitter prématurément en raison d’un autre engagement en ma qualité de ministre de la Coopération et en paraphrasant le président d’honneur de la FSCL, notre ami Jean Regenwetter, en vous disant :

"Vive le Luxembourg, Vive le Cyclisme luxembourgeois, Vive ses champions et son vélodrome"!"