ITU - Measuring information society 2017

Article – Publié le

La International Telecommunication Union (ITU) a publié en novembre 2017 une nouvelle édition de son rapport "Mesurer la société de l'information". Ce rapport analyse la mise en place des technologies de l'information et de la communication (TIC) au sein de 192 territoires, ainsi que le potentiel de développement qui est lié au TIC. Les effets directs liés au développement et à la diffusion des TIC peuvent notamment être des gains de productivité.

Le rapport se base à cet effet sur un indicateur composite dénommé ICT Development Index (IDI) qui a été construit pour mesurer à la fois le niveau et l'évolution du développement des TIC à travers le temps. Cet indice composite est construit à partir de 11 indicateurs de base, répartis en trois sous-catégories: 

  • accès aux TIC (poids de 40%): nombre de souscriptions de téléphonie fixe, nombre de souscriptions de téléphonie mobile, bande passante Internet internationale par utilisateur, part des ménages disposant d'un ordinateur, part des ménages disposant d'un accès Internet ;
  • utilisation des TIC (40%): proportion des personnes utilisant Internet, nombre d'accès Internet à large bande (fixe), nombre d'accès Internet à large bande (mobile) ;
  • compétences liées aux TIC (20%): nombre moyen d'années d'éducation, part des étudiants dans l'enseignement secondaire, part des étudiants dans l'enseignement tertiaire ;

Le classement mondial est mené par l'Islande (indice de 8,98 sur 10), suivie par la Corée du Sud (8,85) et la Suisse (8,74). Le Luxembourg est classé en 9ème position mondiale (8,47). Les Pays-Bas sont classés 7ème (8,49), l'Allemagne 12ème (8,39), la France 15ème (8,24) et la Belgique 25ème (7,81).

Le Luxembourg se classe en 4ème position au sein de l'UE-28, après le Danemark (8,71), le Royaume-Uni (8,65) et les Pays-Bas.

Source: ITU

Pour les trois sous-catégories de l'indice composite général: 
  • le Luxembourg se classe en 1ère position mondiale pour l'accès aux TIC (score de 9,54) ;
  • le Luxembourg se classe en 8ème position mondiale, et 4ème dans l'UE, en ce qui concerne l'utilisation des TIC (score de 8,30) ;
  • le Luxembourg se classe en 74ème mondiale et 28ème dans l'UE pour ce qui est des compétences liées aux TIC (score de 6,65). Cet assez mauvais troisième sous-classement se laisse cependant expliquer par une spécificité du Luxembourg dont ce rapport ne tient pas compte. En effet, le rapport attribue des performances très faibles au Luxembourg en ce qui concerne le nombre d'étudiants luxembourgeois dans l'enseignement tertiaire: le Luxembourg affiche une part des étudiants dans l'enseignement tertiaire ("tertiary gross enrolment ratio") de seulement 19,4%, ce qui le place par exemple loin derrière ses pays voisins qui affichent tous des taux > 60%. L'indice composite tient en effet uniquement compte des étudiants sur le territoire national et non pas du fait que la majorité des résidents luxembourgeois font leurs études tertiaires à l'étranger. Ceci sous-évalue ainsi fortement les performances luxembourgeoises pour cette troisième sous-catégorie, ce qui engendre aussi un impact négatif sur la position du pays dans le classement général. Pour les deux autres indicateurs de cette sous-catégorie, à savoir le nombre moyen d'années d'éducation et la part des étudiants dans l'enseignement secondaire, le Luxembourg affiche des performances beaucoup plus élevées et proches de celles de ses pays voisins.

Pour conclure, les auteurs du rapport dressent le constat suivant à l'égard du Luxembourg: "One of Europe’s last state-owned operators dominates the telecommunication market in this small state with very high mobile and fixed penetration rates and affordable prices. Luxembourg stands out for being an international connectivity hub, taking advantage of its privileged position at the heart of Europe. (...) Luxembourg, one of the smallest European markets, has a very advanced ICT infrastructure and is on the way to becoming Europe’s first fibred nation. ICT household penetration is very high and almost the entire population is online".