Jean Asselborn à la réunion des ministres des Affaires étrangères de l’OTAN à Bruxelles

Communiqué – Publié le

Le ministre des Affaires étrangères et européennes, Jean Asselborn, a participé à la réunion des ministres des Affaires étrangères de l’OTAN, qui s’est tenue les 5 et 6 décembre 2017 à Bruxelles.

Présidée par le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, la réunion ministérielle a permis d’examiner les développements qui affectent actuellement la sécurité des Alliés et d’évoquer la perspective du sommet de l’OTAN qui se tiendra les 11 et 12 juillet 2018 à Bruxelles.

Lors de la première session de travail pendant l’après-midi du 5 décembre 2017, les ministres des Affaires étrangères ont été rejoints par la haute représentante de l'Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité et vice-présidente de la Commission européenne, Federica Mogherini, pour procéder à un échange de vues sur le renforcement de la coopération OTAN-UE, plus particulièrement la mise en oeuvre de la déclaration de Varsovie signée par le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, le président du Conseil européen, Donald Tusk, et le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker. De nouvelles mesures de coopération entre l’UE et l’OTAN ont été endossées par les ministres à cette occasion. Le ministre Asselborn a souligné l’intérêt de renforcer la coopération dans trois domaines: la lutte contre le terrorisme et les menaces hybrides et cyber, la mobilité militaire et la mise en oeuvre de la résolution 1325 du Conseil de sécurité des Nations unies sur les femmes et la paix et la sécurité.

La première journée de la réunion ministérielle s’est achevée par un dîner de travail pendant lequel les ministres des Affaires étrangères ont abordé les défis globaux de sécurité, en particulier les menaces émanant de la Corée du Nord et les relations avec la fédération de Russie. En ce qui concerne la Corée du Nord, Jean Asselborn a souligné qu’ "au regard des derniers développements très préoccupants en Corée du Nord, il n’y a pas d’alternative pour la communauté internationale que de continuer à rechercher une solution diplomatique". Quant à la Russie, le ministre Asselborn a rappelé l’importance de maintenir l’équilibre entre la dissuasion et la défense, d’une part, et le dialogue, d’autre part, comme cela a été convenu au sommet de Varsovie en 2016: "le processus est long et difficile, et il ne s’agit pas de normaliser les relations OTAN-Russie, mais nous devons continuer sur la voie du dialogue, de façon pragmatique, car c’est dans notre intérêt de le faire pour réduire les risques, éviter les incidents ou toute escalade".

Le lendemain, le 6 décembre 2017, lors de la réunion de la Commission OTAN-Géorgie, les ministres se sont penchés avec leur collègue géorgien sur les progrès de réformes entrepris par la Géorgie, la coopération OTAN-Géorgie et la sécurité régionale au sens large. Le ministre Asselborn a salué les progrès accomplis par les autorités géorgiennes et réaffirmé l’appui du Luxembourg à la souveraineté et à l’intégrité territoriale de la Géorgie.

Les Alliés se sont ensuite penchés sur la projection de la stabilité et la contribution de l’OTAN à la lutte contre le terrorisme. Dans ce contexte, les ministres des Affaires étrangères ont procédé à une évaluation du soutien de l’Alliance à la Coalition globale contre Daech.

Finalement, les ministres ont fait le point sur la politique de la "porte ouverte" de l’Alliance en vue de la préparation du sommet de 2018.

Communiqué par le ministère des Affaires étrangères et européennes